captain-america-civil-war-movie-reviews

Captain America : Civil War – Les externalités et l’intervention publique

Notre patriote préféré est de retour ! (Non, non, pas François le Français.) Pour son troisième opus en solo, le Captain est accompagné de ses acolytes. Suite directe du deuxième volet des aventures des Avengers, Civil War se penche sur les conséquences de leurs actions. Même s’ils ont sauvé le monde plus d’une fois, les héros laissent des ruines dans leur sillage. De tels dégâts se rapprochent beaucoup d’un phénomène central en économie publique : les externalités négatives.


Captain America : Civil War, réalisé en 2016 par les frères Russo

A Lagos, Wanda Maximoff, alias la Sorcière Rouge, pour empêcher l’explosion d’une bombe au cœur de la foule, l’envoie en l’air … et fait exploser un immeuble causant la mort de nombreux civils. Pour réaliser un parallèle avec l’économie, voyez la Sorcière Rouge comme une usine polluante au bord d’une rivière. Au cours de son activité productrice, l’entreprise déverse dans la rivière des substances nocives pour l’environnement. Cette conséquence du processus de production est une externalité négative : l’entreprise a une influence néfaste sur le bien-être d’une population. Vous voyez où je veux en venir, n’est-ce pas ? Eh oui, tout au long de son processus de protection des civils, Wanda provoque la mort de onze d’entre eux : c’est une externalité négative à son activité de super-héroïne.

Cette goutte d’eau s’ajoute aux autres : New York détruite dans le premier épisode des Avengers, Washington en a aussi pris pour son grade dans Captain America : Le Soldat de l’Hiver, une ville entière de la Sokovie s’est envolée (littéralement) puis effondrée dans Avengers : l’ère d’Ultron et maintenant l’explosion à Lagos ? La légendaire délicatesse des super-héros aura fait déborder le vase … Après quatre ans sans le moindre contrôle, les Avengers se voient très fortement incités par 117 pays à signer les Accords de Sokovie. Signature qui entraîne la discorde parmi les Vengeurs et marque le début de la fameuse « Civil War ».

Ces accords sont également le moyen d’évoquer l’intervention des pouvoirs publics dans la résolution des externalités. Dans le cas d’un bien public, comme la rivière ou encore la sécurité de chacun d’entre nous, l’Etat doit intervenir et régler le problème des externalités négatives. Dans le cas de la pollution, les pouvoirs publics peuvent mettre en place des taxes, des subventions, des normes ou un marché de droits à polluer. Dans le cas de nos chers Avengers, les Etats proposent la signature d’un accord avec la source de l’externalité rendant publique l’organisation privée de super-héros. Désormais, les Nations Unis auront le contrôle sur les Avengers et leurs externalités. Enfin … seulement s’ils ne s’entretuent pas avant ! Alors, Team Cap ou Team Iron Man ?

Retrouvez le panneau de l’exposition :  cineconomics-captain-america

Texte et graphisme : Quentin Hellec