gollum-personnage-du-seigneur-des-anneaux

Le Seigneur des Anneaux : Les Deux Tours – Les asymétries d’information

Bienvenue dans la Terre du Milieu ! Nous allons nous attarder sur le second volet de la saga du Seigneur des Anneaux, Les Deux Tours. Toujours en route pour le Mordor afin de détruire l’Anneau unique, nos amis hobbits Frodon Sacquet et Samsaget Gamegie continuent leur périple.


Le seigneur des anneaux : Les Deux Tours, 2002, Réalisé par Peter Jackson

Guidés par Gollum qui a juré sur le précieux de les amener sain et sauf au Mordor, ils traversent les Marais des Morts et se retrouvent bloqués au Morannon, la Porte Noire du Mordor. Dans l’impasse, Gollum propose au porteur de l’Anneau de passer à travers la région de l’Ithilien jusqu’au chemin secret du Cirith Ungol, seul passage restant qui les conduira au Mordor. Frodon n’a pas décelé que la personnalité plus sombre de leur guide a repris le dessus et leur cache son réel dessein. Une sombre terreur hante les cols de Cirith Ungol… Arachne, qui n’apparaîtra que dans le dernier opus, est la gardienne du passage et Gollum souhaite tout bonnement que les deux hobbits servent de repas à l’araignée géante.

En clair, nous avons un Gollum plus informé que les Sam et Frodon qui l’ont engagé. Cette situation est bien connue des économistes qui étudient l’économie industrielle : c’est le modèle du Principal-Agent. Dans cette relation, nous avons un principal qui délègue une tâche à un agent par la signature d’un contrat. Ces deux acteurs étant distincts, leurs intérêts peuvent diverger. L’agent, par nature, possède plus d’informations que le principal. C’est ce que nous appelons l’asymétrie d’information. Deux problèmes empêchant le contrat d’être optimal en découlent directement. Tout d’abord, nous avons la sélection adverse avant le contrat, qui correspond au fait que l’agent cache des informations au principal pour en tirer profit. Le second se nomme l’aléa moral après le contrat. Il correspond à une action de l’agent non observable par le principal qui n’aurait pas eu lieu avant la signature du contrat.

Dans notre cas, le principal correspond aux deux hobbits et l’agent à Gollum. Les intérêts des deux parties divergent : Frodon et Sam souhaitent détruire l’Anneau tandis que la créature préférerait récupérer son précieux. S’il fut sincère lors de la signature du contrat lorsqu’il jura sur l’Anneau de les conduire au Mordor, le choix de mener délibérément les hobbits dans l’antre d’Arachne afin de servir son intérêt propre est l’exemple parfait d’un aléa moral.

Employé – employeur, acheteur – vendeur ou encore assuré – assureur, au quotidien les relations Principal-Agent sont monnaie courante. Illustrons. Vous souscrivez à une assurance pour votre smartphone qui couvre la casse. Vous êtes l’agent et l’assurance est le principal. Pour fixer le prix à payer, l’assurance vous interroge sur vos habitudes. Si vous cachez une partie des informations dans le but de soulager votre porte-monnaie, vous créez alors la sélection adverse. L’aléa moral apparaît si une fois votre téléphone couvert, vous l’exposez à plus de risque (en jouant au frisbee avec) car vous vous savez que vous serez remboursé si malheur devait lui arriver.

Retrouvez le panneau de l’exposition :  sda

Texte : Ted Rangapanaiken
Graphisme : Quentin Hellec