mdot-theoffice-640x360-mp

The Office – Monnaie et inflation

La série ou plutôt le faux documentaire qu’est The Office met en scène la vie d’une entreprise qui vend du papier. Dans la scène qui nous intéresse, Dwight Schrute, télévendeur au caractère exubérant, remplace son chef, joué par Steve Carell, et se lance dans une opération pour booster la motivation de ses troupes. Si vous connaissez le personnage, vous vous doutez évidemment du caractère infructueux de sa tentative. Il nous offre néanmoins matière à vous expliquer plusieurs caractéristiques de la monnaie.

The Office, Saison 3 épisode 24. Série créé par Ricky Gervais et Stephen Merchant (2006)

Son égo peu modeste l’entraine à créer une monnaie propre au bureau et ses employés : le Schrute Buck. Cette monnaie est échangeable contre du temps de pause supplémentaire ou contre de l’argent véritable à un taux de change 100 Schrute Bucks (SB) contre 0,01$.

Il illustre là, le caractère fiduciaire de la monnaie. La monnaie fiduciaire correspond aux pièces et aux billets que toutes les sociétés utilisent de nos jours. Cela signifie que la valeur que nous prêtons à ces moyens de paiement est entièrement basée sur la confiance que nous leur accordons. Sans vous faire un cours d’histoire économique, sachez que les premières monnaies qui étaient, en fait, des grains ou des coquillages, possédaient déjà ce caractère. En effet, la valeur faciale de la monnaie (c’est-à-dire 10€ pour un billet de 10€) est nettement supérieure à sa valeur intrinsèque qui équivaut au morceau de papier que vous avez dans votre portefeuille.

Ce que notre cher ami n’avait pas prévu, c’est que dans son opération, il se retrouverait face à plus malin que lui. Ne possédant évidemment pas de presse à billets, notre manager par intérim a simplement imprimé les Bucks à son effigie. C’est le senior de l’agence, Creed, qui va alors mettre à mal le système monétaire Schrute en imprimant lui-même ses billets de la nouvelle monnaie afin de les échanger contre de véritables dollars. Se rendant compte de la supercherie, Dwight refuse alors de procéder au change de monnaie mais est alors menacé par Creed de voir la valeur de sa monnaie réduite.

Creed pose là, l’argument inflationniste en sa faveur. En effet, s’il « inonde le marché –le bureau– avec ses billets imprimés, il les rendra sans valeur ». L’inflation correspond à une perte du pouvoir d’achat de la monnaie qui se traduit par l’augmentation générale et durable des prix. En clair, la monnaie perd de sa valeur : un billet de 10€ aura moins de valeur après une période d’inflation, il permettra d’acheter moins de choses. Creed souhaite ainsi causer de l’inflation au sein de la zone Schrute grâce à la principale cause de ce mal : l’augmentation de la masse de monétaire. C’est ici que se cache toute la Théorie Quantitative de la Monnaie et la célèbre équation d’Irving Fisher : M x V = P x Y.

M, V, P et Y désignent respectivement, la masse monétaire, la vitesse de circulation de la monnaie, les niveaux des prix et la production. Considérons la vitesse de la monnaie constante et égale à 1. La lumière est alors faite sur le fait qu’à production équivalente, une hausse de la masse monétaire entraîne nécessairement une hausse du niveau général des prix. Dans la scène, Creed tente donc de renverser le système déjà bancal de Dwight en y injectant une quantité astronomique de Schrute Bucks et donc réduire à néant leur valeur déjà basse.

Retrouvez le panneau de l’exposition :  off

Texte : Ted Rangapanaiken
Graphisme : Quentin Hellec